CALENDRIER RDV tango

se_module_calendrier_90 - style=default - background=
<<   201705<20184 mai 2018 >20186   >>201905
lun mar mer jeu ven sam dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 /component/allevents/display/listevents/2018/05/26?modid=90&Itemid=510
26
FEDERICO RODRIGUEZ MORENO  STAGEFEDERICO RODRIGUEZ MORENO STAGE
samedi 26 mai 2018 14:00
AGENDA STAGES
MILONGA DES RIAS FEDERICO RODRIGUEZ MORENOMILONGA DES RIAS FEDERICO RODRIGUEZ MORENO
samedi 26 mai 2018 20:30
AGENDA STAGES
/component/allevents/display/listevents/2018/05/27?modid=90&Itemid=510
27
MILONGA DES RIAS FEDERICO RODRIGUEZ MORENOMILONGA DES RIAS FEDERICO RODRIGUEZ MORENO
samedi 26 mai 2018 20:30
AGENDA STAGES
FEDERICO RODRIGUEZ MORENO  STAGEFEDERICO RODRIGUEZ MORENO STAGE
dimanche 27 mai 2018 11:00
AGENDA STAGES
DESPEDIDA STAGE FEDERICO RODRIGUEZ MORENODESPEDIDA STAGE FEDERICO RODRIGUEZ MORENO
dimanche 27 mai 2018 17:15
AGENDA STAGES
28 29 30 31      
 AGENDA STAGES
90201805

MARCHES, FIGURES

Les règles pour circuler en bal sont plutôt édictées pour les hommes, car ce sont eux qui conduisent et elles ressemblent beaucoup à celles de la circulation automobile. Il faut respecter le code et ne pas se comporter en chauffard. Tout d'abord, histoire sans doute d'essayer d'arrêter le temps, du moins pendant les trois minutes de la rencontre avec sa partenaire, il faut avancer dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Tous les couples sur la piste avancent ensemble sur la périphérie. Cela n'implique pas que tout le monde doit danser en mesure comme dans une marche militaire. Les danseurs peuvent très bien improviser sur une ligne mélodique d'un seul instrument de l'orchestre par exemple, tout en respectant le rythme, ce que l'on appelle « le compas », c'est-à-dire la cadence. On ne doit pas aller ni plus vite, ni plus lentement. On ne double pas si le couple devant ralentit beaucoup, et surtout on ne s'arrête pas tous les deux pas pour exécuter une figure car le bal n'est pas un espace pour exhiber des chorégraphies de scène. Les figures spectaculaires du tango, on les réalise sur scène ou on les travaille dans les pratiques, qui sont faites pour cela, mais pas dans les bals.

Cette règle vaut autant pour les danseurs dits avancés ou même professionnels que pour les débutants. Une figure ne se réalise pas à n'importe quel moment, de n'importe quelle musique avec n'importe quelle partenaire. Sous certaines conditions, si l'on a vraiment un bon niveau, une bonne partenaire qui soit d'accord et si la salle laisse de grands espaces pour s'ébattre, on peut également s'amuser à réaliser de grandes figures en style fantasia, mais dans ce cas il faut aller au centre de la piste de façon à ne gêner les autres danseurs, et toujours garder à l'esprit que dans un bal on danse d'abord avec quelqu'un et non pas pour la galerie. Un couple de très bons danseurs peut improviser de beaux tangos et parvenir à une grande qualité de danse et de communication en style fantaisie à l'intérieur d'un bal, mais cela arrive rarement. La communion des couples qui dansent rapprochés, harmonieusement, dégagera toujours pour le spectateur-voyeur qui les regarde, une beauté et une émotion bien supérieure à celle d'éventuels spectacles imposés qui ne rendent pas le bal plus beau ou plus réussi.

Les bons danseurs professionnels du spectacle (qui eux sont capables de tout faire sans gêner les autres) restent très sobres et très discrets en figures lorsqu'ils dansent en bal. Enfin, pour ceux qui savent improviser, la variété et les variations possibles de pas et petites figures discrètes en style rapproché, mêlées à l'écoute de la musique et à l'échange avec la partenaire, à largement de quoi satisfaire pleinement et occuper toute la soirée. Et les femmes invitées, qu'elles soient débutantes ou avancées, apprécieront mieux une façon de danser simple mais agréable que des tentatives plus ou moins ratées de figures compliquées. Si toutefois - et cela arrive souvent et à tout le monde - il y a des incidents de parcours (erreurs de pas, déséquilibres, faux-mouvement, figure ratée ...), il faut savoir se rattraper rapidement et élégamment. L'homme doit réagir rapidement de façon à laisser la femme reprendre une position en équilibre et récupérer sur le pas suivant. Sauf en cas de faute grave, il ne faut pas s'arrêter de danser et il est inutile de se perdre en commentaires et excuses. Si, en cas de foule, un accrochage se produit avec un autre couple, un petit signe ou un mot d'excuse n'est pas superflu de la part du couple responsable.

Aucune femme ne s'ennuiera si son partenaire est capable d'un abrazo (étreinte) agréable, d'un échange sensuel, d'une écoute de la musique, d'un guidage souple et précis, d'une qualité dans la marche et les poses du poids. Tout cela (et d'autres éléments de même nature sensible) n'obligent pas à réaliser des figures compliquées et l'ennui et la contrariété qui peuvent pas forcément parce que vous ne ferez pas des portés, de grands planeos ou des boleos ouverts. Ces indications valent pour l'homme, qui guide, mais la femme aussi à quelques responsabilités et devoirs.

Un bon danseur saura toujours guider sa partenaire même très débutante, mais la qualité de l'échange et de la danse est créé par le couple, les deux partenaires ensemble. Sur le plan technique, il est donc nécessaire que la femme maîtrise son équilibre, qu'elle soit consciente des axes et des centres de gravité et qu'elle soit très à l'écoute du guidage, décontractée, qu'elle sache se laisser guider sans crispation, ni faux-mouvement. Elle doit apprendre à répondre avec précision au guidage et se mouvoir souplement et avec grâce. Il est assez dommage de constater que de nombreuses danseuses, même après plusieurs années de danse, se savent pas exécuter correctement les quelques mouvements de base qu'elles doivent connaître, notamment les ochos (huit), qui sont pourtant parmi les éléments les plus essentiels à la qualité de la danse, alors qu'elles « essaient » de placer inutilement et à contre temps des « adornos » ou fioritures qui gênent l'improvisation du cavalier. Leur erreur dans bien des cas, est souvent d'être obnubilées par la recherche d'un partenaire permanent et de refuser de pratiquer consciencieusement et régulièrement en attendant d'en trouver un, estimant qu'elles savent déjà danser puisque « ça marche » avec les bons danseurs. Certaines pensent aussi que les danseurs ne doivent que les inviter à danser, et pas pour travailler, même dans les pratiques qu'elles considèrent à tort comme des bals.