CALENDRIER RDV tango

se_module_calendrier_90 - style=default - background=
<<   201701<201712 janvier 2018 >20182   >>201901
lun mar mer jeu ven sam dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
/component/allevents/display/event/default/197-aperos-tango-chez-chouchou-72?Itemid=509
15
APEROS-TANGO CHEZ CHOUCHOUAPEROS-TANGO CHEZ CHOUCHOU
lundi 15 janvier 2018 19:30
APERO TANGO
16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 APERO TANGO
90201801

TANDA, CORTINA

Le programme musical d'un bal est partagé en « tandas », c'est-à-dire en séries de 3 à 4 morceaux du même style et de même orchestre . Ces tandas sont entrecoupées de « cortinas », qui sont des pauses d'une durée variable qui permettent de quitter la piste de danse pour changer de partenaire, se reposer ou autre. Si l'on ne change pas de partenaire, on profite de cette pause pour bavarder avec sa partenaire car, pendant la danse elle-même, les mots sont prohibés pour laisser place au dialogue des corps, aux émotions et aux sensations.

Il est de règle de ne pas quitter son ou sa partenaire au milieu d'une tanda ; on ne se sépare qu'au moment d'une cortina, après avoir remercié sa partenaire. Un couple doit danser au moins une tanda entière ensemble, car quitter son ou sa partenaire après un ou deux tangos est offensant. A l'inverse, il est un peu abusif et pas très correct pour un cavalier de s'accaparer une danseuse plus de deux ou trois tandas. Il doit laisser sa partenaire et les autres danseurs vivre, circuler et changer aussi de partenaires (pour les couples déjà officiellement formés, partenaires réguliers de danse ou dans la vie, il est permis de danser entre eux s'ils le désirent). C'est généralement l'homme qui propose courtoisement d'arrêter au moment d'une cortina, mais, s'il ne le fait pas, la femme peut parfaitement si elle le souhaite, prendre l'initiative d'une pause et remercier. Chacun pourra se retrouver plus tard dans la soirée.

Si un couple souhaite s'arrêter pour discuter, il quitte la piste pour ne pas créer de bouchons. Les cortinas sont facilement reconnaissables car la musique ne fait pas partie du répertoire tango traditionnel. Les bals proposent aussi désormais un intermède, soit avec des danses folkloriques argentine (chacarera.), ou des danses telles que salsa, rock...

Tout bal tipica se termine rituellement par le tango de G. Matos Rodriguez « la cumparsita », joué deux fois. Le rituel veut également que La Cumparsita ne se danse qu'entre partenaires attitrés ; c'est commettre un impair que d'inviter par exemple l'épouse d'un danseur présent pour la danser en fin de bal. Les puristes ne s'autorisent pas non plus à danser sur du Carlos Gardel chanté (surtout sur le dernier titre composé avant sa mort, car cela porte malheur) ou sur des musiques d'Astor Piazzolla, d'Osvaldo Pugliese, .. qui n'auraient pas été composées pour la danse.